Informations

Les fruits/graines d'un bonsaï produiront-ils une autre plante/arbre de bonsaï ?


Avec de la pratique, on peut créer un bonsaï ; aucune modification compliquée de l'ADN dans un laboratoire haut de gamme n'est requise. Le bonsaï engendrera même des fruits de bonsaï.

Ce qui m'intéresse, c'est que si un tel fruit de bonsaï est à nouveau planté, cela donnera-t-il naissance à un arbre normal ou à un bonsaï ?


Non, les graines d'un bonsaï ne produiront pas automatiquement un autre bonsaï. Les bonsaïs sont nains en raison de la restriction de la croissance des racines dans leurs petits conteneurs - à moins que la progéniture ne soit également cultivée dans des conditions de nanisme environnemental, ils auront tendance à pousser normalement.


Oui, il y a de l'argent dans le bonsaï ?

Croyez-le ou non, le bonsaï – qui a toujours été commodément attribué aux Japonais – est vraiment d'origine chinoise. Demandez à Serapion S. Metilla, le plus grand expert du pays en bonsaï.

« Il est fort probable que les Chinois ont été la première civilisation à planter des plantes en pots, car leurs peintures et leurs rouleaux, qui datent d'avant le XIIe siècle, révèlent des images de plantes en pots », a estimé Metilla, ajoutant que ce sont les Japonais qui a développé l'art à la perfection et lui a donné son nom : bonsaï (prononcé soupir d'os, avec accent à la fin).

En fait, le mot « bonsaï » vient des mots japonais « bon », qui signifie « pot » et « sai », qui signifie « planter ». En termes plus simples, le bonsaï est une plante en pot. Lorsque des paysages miniatures sont créés pour servir de cadre au « sai », l'art est appelé « saikei » (« kei » signifie « paysage »). Mais si l'accent des artistes est strictement sur un paysage miniature, « bonkei » est le terme approprié.

Si les Chinois étaient le peuple derrière le bonsaï, comment se fait-il que les Japonais soient ceux qui ont popularisé l'art du bonsaï ? Robert Perry, écrivant pour le « Science Notebook », affirme : « Pendant des siècles, les Japonais ont pratiqué les formes d'art inhabituelles de la culture des arbres miniatures et du paysage. » En fait, le bonsaï figure en bonne place dans Le Karaté Kid séries.

« Personne ne sait exactement depuis combien de temps cela a commencé, mais cela était connu au moins dès le sixième siècle », poursuit Perry. « Quelqu'un a été intrigué par les minuscules arbres noueux qu'il a trouvés poussant dans les crevasses rocheuses des montagnes du Japon. Les petits arbres ont finalement été cultivés dans la cour de l'empereur.

Essais et erreurs ont produit un art de maintenir la formation de la croissance miniature. Les arbres étaient cultivés seuls ou en groupes et même sous forme de forêts miniatures. "Les pièces de bonsaï sont des œuvres d'art vivantes qui sont en elles-mêmes des héritages", commente Jose Mari Lacandula, un expert en horticulture qui écrivait une chronique hebdomadaire pour un quotidien national.

Alors que de riches clients, suivant l'exemple du paysage du palais, ont commencé à payer des sommes importantes pour les meilleurs spécimens disponibles, d'autres ont commencé à pratiquer. La valeur monétaire soudaine a encouragé le perfectionnement d'une science du traitement qui pourrait produire une telle miniature. Aujourd'hui, le bonsaï est devenu un passe-temps horticole populaire.

De nombreux types d'arbres conviennent à la culture du bonsaï. Les plus courants, selon Metilla, sont les mûriers, prodocarpus, « kamuning », « mulawing-aso », « kalyos » (connu scientifiquement sous le nom de Streblus asper), famille « balite » (Ficus espèces), arbre de bougie (Parmentiera cereifera), « bignay » (Antedisma spp.), pins et genévriers, cydas, buis, narra et houx de Chine (Malpighia coccigera).

Ces arbres fruitiers sont également bons pour la culture du bonsaï : ramboutan, caimito, camachile, sampaloc, atis et duhat.

Parmi les arbustes, buissons et herbes, les suivants donnent les meilleurs résultats en bonsaï : bambou nain, « tsaang bukid » ou thé Fukien, gumamela panaché, bougainvillier, sampaguita, rosal, azalée, santan, lantana, origan et chrysanthème.

Propagation

La propagation du matériel de bonsaï peut se faire par graines, boutures, marcottage aérien ou marcottage, greffage/bourgeonnement et séparation des stolons ou drageons. La propagation des graines est la méthode la plus couramment utilisée. "Par les graines, cela prendra plus de temps", dit Metilla.

Il existe quatre façons de multiplier les plantes en utilisant la méthode de bouturage : la coupe de tige, la coupe de talon, la coupe de feuilles et la coupe d'enracinement. "Pour la propagation des matériaux pour bonsaï, les boutures de tige, de talon et de racine sont recommandées", explique Metilla.

« Recherchez des boutures qui ne sont ni trop vieilles ni trop jeunes, allant de la taille d'une nervure centrale de noix de coco à la taille d'un pouce, selon le type de plante », indique Metilla. « La base doit être bien coupée en biais. »

L'utilisation de boutures a ses avantages. Ils ont l'air plus vieux que ceux cultivés à partir de graines et qu'ils sortent fidèles au type ou à la forme. L'inconvénient : leur système racinaire peut ne pas être bien développé et que la forme effilée ne sera pas aussi belle que le spécimen de graines.

Concernant le marcottage aérien ou le marcottage, Metilla conseille : « À partir des vieux arbres existants, recherchez des branches qui ne sont ni trop vieilles ni trop jeunes, ayant des lignes potentielles pour un style en cascade, en ardoise ou droit. À l'endroit où vous souhaitez développer des racines, retirez soigneusement l'écorce autour de la tige comme un anneau d'environ un pouce de large et grattez la couche de cambium (le matériau transparent brillant entre l'écorce et le bois).

« Ensuite, placez de la mousse de sphaigne humide autour de la partie pelée, y compris certaines parties de l'écorce supérieure et enveloppez-la dans une feuille de plastique. Lorsque les racines se développent, ce qui prend environ quelques semaines, séparez la branche marcottée en coupant juste en dessous de la partie enracinée. Coupez quelques branches et feuilles et retirez soigneusement la feuille de plastique sans endommager les racines. Faites-le planter dans un pot ordinaire, placé dans un endroit ombragé et arrosez régulièrement.

Le greffage, quant à lui, est l'art d'insérer une pousse ou une tige d'une plante sur une autre tige ou branche d'une autre espèce ou variété mais de la même famille. Si un bourgeon est utilisé, le terme est appelé bourgeonnement.

La greffe comporte deux parties. La partie désirée que vous souhaitez greffer est appelée scion et la partie enracinée à greffer est appelée souche. Recherchez une branche de la taille d'un crayon ou plus petite, de 4 à 5 pouces de long avec 3 à 5 nœuds ayant des bourgeons vivants. Un ruban adhésif ou une bande de plastique peut être utilisé pour envelopper les joints.

Pendant ce temps, les plantes qui développent des coureurs ou des drageons ou des pousses souterraines à partir de la base peuvent être séparées de la plante mère lorsque les racines se sont développées.

Le bonsaï peut également être acquis en creusant. Cela signifie ramasser du matériel végétal dans les prairies, les rochers ou d'autres zones où les plantes poussent depuis de nombreuses années déjà. Son tronc a la taille d'un bras d'homme, probablement âgé de 20 à 50 ans.

« Choisissez-en un avec plusieurs branches qui ont été éclipsées en raison d'éléments durs tels que la sécheresse, les vents forts, un sol pauvre, ou coupés ou élagués en continu par des bûcherons, ou piétinés par des animaux errants, mais qui ont survécu d'une manière ou d'une autre », indique Metilla. « Ceux avec des troncs en partie pourris et des crevasses naturelles comme si elles étaient mangées par les termites feraient de bons matériaux d'aspect ancien. »

Si vous avez déjà trouvé du matériel végétal que vous aimez vraiment, faites-le mettre en boule. « Coupez certaines des racines et des branches, en ne conservant que celles que vous souhaitez, et installez d'abord la plante dans un pot ou une boîte dans un endroit ombragé », explique Metilla.

« Coupez les branches indésirables qui poussent à la base, jusqu'à environ un quart à un tiers de la plante entière », ajoute-t-il. "Retenir les branches de telle sorte que l'une pousse à droite, une autre à gauche à un niveau supérieur, une troisième à l'arrière, la suivante supérieure à droite, et ainsi de suite vers le haut, avec les branches bien espacées et bien équilibré, et pas de croisement, pas de chevauchement. Taillez-les de manière à ce que les branches inférieures soient plus longues que les branches supérieures suivantes, devenant plus courtes vers le haut, les branches au sommet étant les plus courtes. En d'autres termes, il est nettement effilé.

En ce qui concerne les matériaux de rempotage, Metilla suggère un mélange d'une partie de terre de jardin, d'une partie de sable de rivière et d'une partie de compost. « Utilisez un récipient approprié peu profond avec suffisamment de trous de drainage », dit-il.

« L'entretien est l'aspect le plus difficile de la culture du bonsaï », explique Lacandula. Après tout, le soin du bonsaï nécessite une attention de toilettage quotidienne. Il a besoin d'une quantité suffisante de soleil, d'air et d'eau et d'une température appropriée. Les bonsaïs seraient sujets à bon nombre des mêmes ravageurs et maladies que les autres plantes. Leur petite taille les rend également fragiles.

Pendant la croissance de la plante, les branches doivent être taillées une fois toutes les deux semaines ou tous les mois, selon l'avancement de leur croissance. « Étudiez attentivement la forme générale », suggère Metilla. « Ayez les branches bien espacées grâce à une coupe appropriée, ce qui entraîne un effet effilé avec un sommet prononcé. »

Les bonsaïs sont classés selon leur taille. Les plus gros mesurent de vingt-cinq pouces et demi à trente-six pouces et demi. À mi-chemin se trouvent les habitués, de huit pouces et demi à vingt-cinq pouces. Les types miniatures ou nains appelés « mame » (prononcé Mah-may) mesurent de deux à huit pouces de haut. Le prix du bonsaï varie de 1 000 à 50 000 pesos – selon le matériel de plantation et la forme. Plus le bonsaï est vieux, plus le prix est élevé.

Bien que l'art du bonsaï soit d'introduction récente aux Philippines, les archives historiques montrent qu'il était déjà pratiqué dans le pays à la fin du XVe siècle. D'après un livre, Relacion de las Islas Philippines, écrit par un Espagnol en 1590, « Les Chinois de Manille adoraient planter des « baletes » rouges dans les trous et les crevasses des pierres de corail et les laçaient dans des bassins avec un peu d'eau. Lorsque les plantes ont établi leurs racines, celles-ci ont été placées sur leurs autels.

Metilla est d'accord. « Je pense que les Philippines sont le premier pays d'Asie du Sud-Est à cultiver du bonsaï », dit-il. "Le bonsaï a été introduit ici par les Chinois il y a des siècles, mais nous ne l'avons pas développé avant les années 1960." — ###


Un peu non conventionnel, mais si vous voulez quelque chose qui pousse rapidement, que vous vous entraînez bien et que vous produisez de belles fleurs et de beaux fruits avec les soins appropriés, vous pouvez essayer une plante de piment. fatalii.net a quelques merveilleux exemples de plantes de piment formées comme le bonsaï. Faites défiler sa page pour plus d'informations sur la croissance et plus de photos.

Bonsaï bolivien au chili arc-en-ciel

Des résultats comme certains de ceux sur son site Web peuvent être obtenus en moins d'un an et les plantes, si elles sont bien entretenues, peuvent vivre de nombreuses années !

Si quelque chose comme ça ne vous intéresse pas, les mûres sont parfois utilisées pour les bonsaïs et ont une croissance relativement rapide (peut-être que le mûrier blanc "Morus alba" serait un bon choix).

Pour les résultats les plus rapides, vous voudriez collecter un spécimen sauvage raisonnablement cultivé, ou en acheter un localement plutôt que de le cultiver à partir de graines.

Bonsaï Mûrier Blanc


Cultivez des fruits de taille normale dans une fraction de la zone avec des bonsaïs

Bon saï est un art pratiqué en Asie depuis de nombreux siècles. Il n'est pas génétiquement modifié pour le rendre plus petit. Les bonsaïs sont cultivés à partir des mêmes graines que les arbres qui atteignent leur taille normale. Ils sont cultivés dans de petits conteneurs et taillés et formés pour qu'ils restent petits et élégants. Dans cette technique ancienne, vous cultivez généralement l'arbre à l'extérieur où il peut connaître les mêmes conditions de croissance qu'un arbre ordinaire de la même espèce portant des fruits de taille normale dans une fraction de la surface.

La plus grande différence entre les fruits d'intérieur et les bonsaïs traditionnels est, bien sûr, la jouissance d'une plante attrayante et entièrement feuillée en hiver au lieu d'un arbre sans feuilles dormant. D'autres différences incluent le taux de croissance plus rapide des plantes tropicales, qui accélèrent toutes les étapes de l'évolution du bonsaï.

Le type d'arbre que vous cultivez devrait dépendre de l'environnement dans lequel vous le garderez. Le climat de votre région et votre environnement domestique doivent tous deux être pris en compte lorsque vous décidez des espèces d'arbres à cultiver. Pour être du bon côté, sélectionnez une espèce indigène de votre partie du monde.

Planter un bonsaï à partir de graines est un processus lent mais gratifiant. Si vous plantez un arbre, vous devrez lui laisser le temps de prendre racine et de devenir fort avant de pouvoir commencer à tailler et à dresser.

Selon l'espèce d'arbre que vous cultivez, cela peut prendre jusqu'à cinq ans. Beaucoup trouvent que l'attente et les efforts supplémentaires en valent la peine, car les graines sont si peu coûteuses et le producteur est capable de contrôler l'arbre à chaque étape de sa croissance.

  • Choisissez un arbre au tronc robuste, mais encore assez jeune. Les arbres plus âgés ne s'adapteront pas bien au fait d'être placés dans un conteneur.
  • Choisissez un arbre dont les racines s'étendent uniformément dans toutes les directions, plutôt que de pousser latéralement ou de s'emmêler avec les racines d'autres arbres.
  • Creusez autour de l'arbre et extrayez une grande quantité de terre avec les racines. Cela empêchera l'arbre de mourir de choc lorsqu'il est déplacé vers un conteneur.
  • Plantez l'arbre dans un grand récipient de formation. Prenez-en soin en fonction des besoins de l'espèce particulière. Attendez environ un an que les racines s'habituent au récipient avant de commencer à l'entraîner.

Le mûrier blanc de Chaparral (Morus alba "Chaparral") et le cerisier “Bright N Tight” (Prunus caroliniana) sont bons pour le bonsaï et donnent des baies comestibles. Le mûrier blanc Chaparral préfère le plein soleil à l'ombre partielle et prospère dans un sol acide humide mais bien drainé. Il porte des fleurs vertes discrètes au printemps qui virent au vert pâle devenant rose et enfin violet dans les zones de rusticité USDA 3 à 9. "Bright N Tight" est un cerisier à feuilles persistantes qui pousse dans les zones USDA 8 à 10. Cet arbre adaptable pousse dans tout type de sol bien drainé en plein soleil à mi-ombre et donne des fleurs blanches parfumées qui deviennent des fruits noirs comestibles.

Les bonsaïs qui ont été cultivés à partir de graines et partiellement formés ont déjà reçu beaucoup de temps et de soins, ils sont donc généralement assez chers. Recherchez en ligne et dans les pépinières et les magasins de plantes locaux un bonsaï à ramener à la maison.

  • Si vous achetez un bonsaï partiellement formé dans un magasin, discutez avec la personne qui l'a formé de ses besoins spécifiques.
  • Lorsque vous rapportez le bonsaï à la maison, laissez-lui quelques semaines pour s'adapter au nouveau cadre avant de commencer à travailler avec.

L'abricot à fleurs du Japon (Prunus mume) fleurit à la fin de l'hiver ou au début du printemps avant que les feuilles n'émergent. Vous pouvez raccourcir les branches après la floraison, mais vous devez identifier les bourgeons à feuilles et vous assurer qu'il en reste au moins un au bout du rameau. Si vous coupez une branche si courte qu'il n'y a plus de bourgeon foliaire, la branche mourra très probablement.’

.

Si votre arbre doit fleurir trop abondamment ou porter un grand nombre de fruits, vous devez éclaircir les fleurs et les fruits afin d'éviter que l'arbre ne s'affaiblit. Les fleurs et les fruits doivent être répartis uniformément sur l'arbre et de la même taille. Alors enlevez les fleurs et les fruits là où il y en a trop au même endroit et cueillez les plus gros et les plus petits.

Sur les arbres à fleurs qui ne portent pas de fruits, enlevez toutes les fleurs lorsque la plupart d'entre elles sont fanées. Les azalées forment des graines à la base des fleurs qui doivent être enlevées avec les fleurs fanées.

Que les blessures sur les bonsaïs ne guérissent pas de la même manière que les blessures des humains et/ou des animaux. C'est-à-dire que les arbres ne sont pas capables de réparer les tissus endommagés, au lieu de cela, ils continuent à fabriquer une nouvelle couche de cellules avec chaque année de croissance, jusqu'à ce que les blessures soient entièrement recouvertes. La durée de ce processus de « guérison » dépend de la taille de la plaie et de la taille globale de chaque nouvel anneau de croissance annuel.

Que si vous regardez une coupe transversale d'un tronc d'arbre, vous verrez des anneaux et chacun de ces anneaux indique une valeur d'années complètes de vie et de croissance. Les scientifiques peuvent dire par l'épaisseur ou la minceur d'un anneau en quelle année plus de pluie et plus de croissance ultérieure ont eu lieu. En conséquence, un anneau épais indique une année avec plus de pluie et plus de croissance et un anneau fin indique une année avec moins de pluie et moins de croissance. Cette analyse est une méthode que les conservateurs d'arboretums peuvent utiliser pour savoir quand une blessure s'est produite sur un bonsaï importé d'un âge inconnu et approximativement combien d'années il a fallu pour que cette blessure guérisse ou soit complètement calleuse. Les chercheurs scientifiques et les météorologues peuvent également utiliser cette méthode dans leur étude des conditions météorologiques d'il y a des centaines d'années.

Que les arbres matures, à la fois les bonsaïs et ceux de la pelouse avant, développent ce qu'on appelle un "collier" autour de la base des plus grosses branches. Ce gonflement prend des années à se développer et est causé par le mouvement de haut en bas, d'avant en arrière des branches les plus grosses et les plus lourdes lorsqu'elles sont poussées d'avant en arrière par les caprices de Mère Nature. Ces colliers sont importants pour ceux d'entre nous qui pratiquons la culture du bonsaï, car ils aident à accélérer le processus de guérison du bonsaï en permettant aux plaies, en particulier celles qui subsistent après la taille des grosses branches, de guérir plus rapidement.


Un bonsaï peut faire pousser des agrumes petits ou de taille normale. Les citronniers Meyer (Citrus meyeri) et les orangers calamondins (C. mitis) sont de bons agrumes pour le bonsaï. Le citron Meyer porte des citrons de grande taille sur les bonsaïs et aime les sols limoneux, acides et humides qui ne sont pas détrempés. Les orangers Calamondin ont de jolies fleurs et fruits parfumés toute l'année. Son fruit, qui met près d'un an à mûrir, est comestible, mais peu consommé. Cet arbre apprécie le plein soleil à mi-ombre, les arrosages réguliers entrecoupés de périodes sèches, tolère une sécheresse modérée et a besoin de pousser en extérieur.

À quelle fréquence devriez-vous arroser ? – Quand les gens entrent dans notre pépinière, c'est, sans exception, la question la plus posée. Malheureusement, il n'y a pas de réponse simple. La fréquence à laquelle vous devez arroser un bonsaï dépend de plusieurs variables différentes : de quel type d'arbre s'agit-il, à quelle période de l'année, où est votre arbre conservé, où habitez-vous et bien d'autres. Arroser un bonsaï est un équilibre constant entre trop et trop peu.

Comment arroser ? « La meilleure façon d'arroser est d'abord de mouiller un peu le sol, cela améliorera la capacité du sol à absorber un plus grand volume d'eau, puis vous devez arroser abondamment jusqu'à ce que le sol soit saturé. Assurez-vous que toute la masse de sol est mouillée à chaque fois que vous arrosez et attendez que l'excès s'écoule des trous de drainage pour être sûr.

Quand faut-il arroser ? « Le meilleur moment pour arroser est sans doute tôt le matin, avant que votre bonsaï ne commence sa journée d'activités photosynthétiques. Cependant, il est important d'être vigilant sur ses besoins en arrosage tout au long de la journée, notamment durant l'été. Gardez à l'esprit que les bonsaïs ne poussent pas lorsque le sol est humide et qu'ils ne poussent pas lorsque le sol est sec : ce n'est que pendant les périodes intermédiaires que votre bonsaï absorbe de l'eau et des nutriments. Vous devez également être conscient de la quantité de lumière que reçoit votre nouveau bonsaï, de la température de la pièce dans laquelle se trouve votre bonsaï et des niveaux d'humidité de cette zone immédiate. Vous devez également être réaliste quant à vos autres responsabilités dans la vie, non seulement pour leur bien, mais aussi pour le bien de votre bonsaï. Établissez un programme d'arrosage qui est réaliste. Cela n'a aucun sens de programmer l'arrosage tard le matin, si vous savez que cinq jours par semaine, vous serez dehors à 7 heures du matin. Soyez pratique ou vous et votre bonsaï serez désolé.

Quel type d'eau devriez-vous utiliser ? – Arrosez votre nouveau bonsaï avec de l'eau du robinet à température ambiante, car l'eau froide peut choquer ses racines. Si vous avez la capacité et le temps de collecter la pluie pour arroser, c'est très bien, mais ce n'est pas nécessaire à moins que l'eau de votre quartier ne soit impropre à la consommation et, si c'est le cas, vous pourriez envisager de vous déplacer, vous et votre bonsaï, quelque part. plus sûr.

De combien de lumière un bonsaï a-t-il besoin ? Fournir la bonne quantité de lumière à votre bonsaï est crucial pour le maintenir en bonne santé. Cependant, il n'y a pas de réponses simples quant à la quantité de lumière dont les bonsaïs ont besoin en général. Les besoins en lumière sont spécifiques au type d'arbre et dépendent en outre des variations spécifiques de l'emplacement où ils sont conservés, à savoir votre maison. C'est une bonne idée de parler à votre fournisseur de bonsaï local ou à un autre passionné de bonsaï qui a de l'expérience dans la culture de bonsaï dans un environnement très similaire au vôtre.

Quel type de lumière est le meilleur ? – La lumière du soleil est de loin le meilleur type de lumière pour les bonsaïs et la plupart des autres créatures vivantes sur terre. En tant que telle, la fenêtre la plus lumineuse de votre maison est sans doute le meilleur endroit pour vos bonsaïs d'intérieur. Cependant, la fenêtre la plus lumineuse de votre maison peut être située à côté de la cheminée. Donc, dans un cas comme celui-ci, vous devez trouver un emplacement alternatif et plus pratique et utiliser un certain type de système d'éclairage artificiel.

Quel type de lumière artificielle devez-vous fournir ? – Une lampe de culture et une minuterie sont une solution simple pour fournir un éclairage supplémentaire. Réglez votre minuterie sur 12 à 16 heures d'éclairage supplémentaire et positionnez votre bonsaï à moins de 1 à 4 pouces de votre source de lumière.

Encore une fois, parler à un fournisseur ou à un passionné de bonsaï local est inestimable. Si possible, visitez leur domicile pour examiner leur installation et poser des questions.
HUMIDITÉ

Pourquoi l'humidité est-elle importante pour le bonsaï ? – Bien que les bonsaïs d'intérieur ralentissent leur croissance en hiver et n'aient pas besoin d'autant d'eau, ils ont quand même besoin d'une humidité suffisante. L'humidité aide à réduire la perte d'eau par les processus de transpiration. La transpiration aura un effet négatif sur la capacité de votre bonsaï à retenir l'eau et à rester en bonne santé.

Comment améliorer l'humidité ? – Le climat parfois sec d'une maison ou d'un appartement peut être modifié au profit de votre bonsaï. Placer votre bonsaï sur un “bac d'humidité” rempli de cailloux décoratifs, qui doit être maintenu humide en tout temps, aidera à augmenter les niveaux d'humidité. Une autre solution est la brumisation régulière. La brumisation est la méthode d'humidification la plus courante. Il a l'avantage supplémentaire d'éliminer la poussière de votre bonsaï, qui bloque la lumière du soleil et interfère avec l'échange d'oxygène et de dioxyde de carbone. Assurez-vous de vaporiser avec de l'eau à température ambiante pour éviter les chocs.

Quoi d'autre est utile pour prévenir les conditions sèches? – Gardez vos bonsaïs d'intérieur loin des portes, des fenêtres et des sources de chauffage, telles que les bouches d'aération, les radiateurs et les cheminées.
éviter de les dessécher rapidement. Bien que plus de lumière du soleil soit souhaitable, elle peut dessécher votre bonsaï. Ainsi, le maintien d'un programme d'arrosage en hiver est tout aussi important qu'en été.
ALIMENTATION

Pourquoi les bonsaïs ont-ils besoin d'engrais ? – Les conteneurs à bonsaï sont un environnement créé par l'homme. A ce titre, ils vous obligent, afin de maintenir la santé et le développement de votre bonsaï, à apporter, en plus des arrosages fréquents, une dose régulière d'engrais au sol ou au substrat de culture.

Quel type d'engrais devriez-vous utiliser ? – Nourrissez votre bonsaï avec un engrais équilibré, 20-20-20, au quart de force, toutes les deux semaines. Les nombres 20-20-20 sont le pourcentage, en poids, du N-P-K (azote, phosphore et potassium) contenu dans cet engrais. Ces éléments, en plus des éléments mineurs ou traces, sont nécessaires à la division cellulaire et aux processus enzymatiques qui permettent la photosynthèse et la croissance qui en résulte.

Que signifie N-P-K et que fait-il ? – N – L'azote est responsable de la taille et de la quantité de nouvelles pousses et, dans une certaine mesure, de la couleur verte des feuilles. L'azote est nécessaire à la division cellulaire et, également, à la fabrication de protéines. P – Le phosphore est également nécessaire à la division cellulaire et est associé à une bonne croissance des racines et à une bonne floraison. Le potassium K – active les enzymes cellulaires et est lié à l'activité globale des cellules saines.

Notes sur l'engrais pour bonsaï – Arrosez toujours soigneusement votre bonsaï avant de fertiliser et n'utilisez jamais d'engrais sur un arbre sec.
Ne jamais fertiliser un arbre malade, car l'engrais n'est pas un médicament.
Lorsque vous avez terminé une bouteille d'engrais, c'est une bonne idée d'acheter une marque différente, car elles contiennent toutes des quantités différentes d'oligo-éléments et de minéraux. Exposer votre bonsaï à différentes quantités de ces oligo-éléments et minéraux importants est très bénéfique.

Si vous n'êtes pas sûr de la quantité d'engrais à utiliser, suivez les instructions sur l'étiquette et n'en utilisez jamais plus que ce qui est recommandé.

Cet article a été écrit par : JOE BATTAGLIA et le premier est apparu sur Prevent Disease


Définition du bonsaï

Les caractères chinois pour leurs anciens paysages d'arbres en pot nains ont été adoptés pour nommer la forme d'art japonaise. Le bonsaï en japonais s'écrit : . En bref, la définition du bonsaï peut s'expliquer ainsi :

« Bon » [caractère de gauche] est un plat ou un bol mince (« un récipient modifié qui a été divisé ou coupé à partir d'une forme plus profonde »).

« Sai » [personnage de droite] est un arbre ou une autre plante en croissance qui est planté – « planté », comme le serait une hallebarde, une lance ou un brochet planté dans le sol.

« Bonsaï » signifie ou désigne donc « un arbre qui est planté dans un récipient peu profond ».


Nouvelles graines : mûrier, néflier et cerise douce

Il est temps de commencer de nouveaux projets de germination : c'est la saison des cerises et l'un de mes collègues a apporté cerises douces au bureau. Évidemment, je n'ai pu résister ni aux cerises ni à leurs noyaux. J'en ai donc gardé 10 et les ai mis dans de la vermiculite pour la germination. Je n'ai aucune idée des conditions dont ils ont besoin, mais je peux toujours obtenir plus de noyaux de cerise. J'ai choisi la vermiculite, car elle facilite grandement le démêlage des racines le moment venu.
Si vous savez penser (comme moi jusqu'à il y a une semaine) – attendez – depuis quand les cerises sont-elles un fruit méditerranéen ? Eh bien, depuis que le célèbre politicien Lucius Licinius Lucullus les a introduits de la Turquie moderne (de Pontus sur la côte sud de la mer Noire). Non, il ne les a pas présentés depuis les temps modernes, car à l'époque de la Rome antique, ils n'avaient pas encore de voyage dans le temps. Non, je veux dire, il l'a introduit de la région qui est maintenant la Turquie.

Puis j'ai décidé de finalement commander ceux néflier des graines que j'avais vues il y a longtemps sur Ebay. Surtout maintenant, que je me suis rendu compte que les graines que j'avais précédemment prises pour des néfliers étaient des nèfles. J'ai donc commandé 10 graines. Ils sont arrivés aujourd'hui et avaient une petite feuille d'instructions collée sur le sac en plastique. Il a dit qu'ils avaient besoin d'une stratification (surprise, surprise), alors je les ai mis directement au réfrigérateur pendant 2 semaines, selon les instructions.
Un autre fruit de Turquie, ou du moins, celui où je les ai rencontrés en premier.

Le même gars qui vend des graines de néflier en vend aussi d'autres. Et pour que les frais de port en valent la peine, j'ai aussi commandé mûre des graines. Ils ont à peu près la taille des graines de sésame. Ils sont également venus avec une instruction me disant de ne les recouvrir que légèrement de terre. Ce que j'espère avoir fait.


La science des plants de pommes de terre et des arbres à salade de fruits

Dans un épisode de la sitcom animée de science-fiction de Matt Groening Futurama, Leela offre à son amie Fry un cadeau de pendaison de crémaillère inhabituel : un bonsaï faisant germer de minuscules bananes, melons et prunes. "C'est un arbre à salade de fruits miniature", explique-t-elle.

Voici la chose: les arbres à salade de fruits sont réels.

En Australie, James et Kerry West cultivent et vendent quatre types d'arbres à salade de fruits, chacun portant plusieurs sortes de fruits. Les arbres à salade de fruits à noyau cultivent des pêches, des prunes, des nectarines, des abricots et des pêchers. Les arbres à salade d'agrumes offrent une orange d'hiver et d'été, des mandarines, des citrons, des limes, des pamplemousses, des tangelos et des pomelos. Les multi-pommiers contiennent entre deux et quatre sortes de pommes différentes et les multi-nashi produisent entre deux et quatre sortes différentes de poires asiatiques.

Dans une vidéo en ligne, Kerry West explique comment son mari James a créé ses premiers arbres à salade de fruits il y a plus de vingt ans en apprenant le métier de la greffe. "Il a commencé à mettre des fruits différents mais de la même famille et à voir ce qui se passerait si vous les greffiez tous sur un seul arbre", explique Kerry dans la vidéo. "Nous avons été étonnés des résultats."

La greffe unit les tissus de deux plantes ou plus afin qu'elles poussent et fonctionnent comme une seule plante. Une plante de la greffe est appelée porte-greffe, sélectionnée pour son système racinaire sain ou robuste. L'autre ou les autres plantes, choisies pour leurs fruits, leurs fleurs ou leurs feuilles, sont appelées scions. Vous pouvez joindre un greffon à un porte-greffe de différentes manières. Dans l'une des techniques les plus courantes, vous retirez une branche d'une plante dont vous souhaitez reproduire le fruit et coupez l'extrémité cassée de la branche en forme de V semblable au roseau d'un bois. Le rasage du scion de cette manière expose son cambium vasculaire, un anneau de tissu végétal rempli de cellules en division qui augmentent la circonférence de la branche. Une fois que le greffon est prêt, vous coupez dans le sens de la longueur une branche sur le porte-greffe - exposant son cambium vasculaire - et coincez le greffon dans la fente. Une greffe réussie nécessite de placer les cambias vasculaires du porte-greffe et du greffon en contact étroit. Une autre méthode de greffage consiste à couper de petites poches entre l'écorce et le cambium du porte-greffe et à glisser des greffons dans ces poches. Pour sceller l'affaire, vous liez le greffon et le porte-greffe avec un élastique, du ruban adhésif, des agrafes, de la ficelle ou de la cire.

Au cours des semaines suivantes, le greffon et le porte-greffe fusionnent leurs tissus internes et développent un tissu cicatriciel épaissi autour du greffon. Premièrement, les deux plantes tuent et murent les cellules endommagées. Pendant ce temps, les cellules du cal dans la cambia vasculaire prolifèrent et se cimentent avec des protéines collantes, formant un lien vivant entre le greffon et le porte-greffe connu sous le nom de « pont cal ». Si vous deviez regarder d'en haut une coupe transversale d'une greffe fendue subissant ce processus, cela ressemblerait à une tranche de kiwi intacte - le scion - coincée entre les moitiés séparées d'une autre tranche de kiwi - le porte-greffe - avec le vivant fils du pont calleux fusionnant la tranche de kiwi du milieu avec les demi-cercles sur ses flancs. Les cellules du cal fournissent également des liens temporaires entre les tissus vasculaires primaires du greffon et du porte-greffe : le xylème, qui transporte l'eau, et le phloème, qui transporte les sucres. Finalement, le cambia vasculaire construit de nouveaux xylèmes et phloèmes qui unissent le greffon et le porte-greffe en un seul organisme fonctionnel (Référence : Propagation des plantes : principes et pratiques).

Les agriculteurs greffent des arbres fruitiers et d'autres cultures depuis des milliers d'années, mais la plupart des greffes ne concernent que deux plantes. L'idée de base est d'attacher n'importe quel type de plante que vous souhaitez faire pousser sur un système racinaire bien adapté au sol local. Comme l'explique John McPhee dans son livre Des oranges:

En plus d'augmenter le rendement, le greffage peut améliorer la résistance aux bactéries, virus et champignons, attirer un groupe plus diversifié de pollinisateurs et fournir un tronc solide pour les plantes ornementales délicates. Dans de nombreux cas, le greffage est le moyen le plus fiable de propager des arbres fruitiers, car les pommes, les agrumes et bien d'autres ne sont pas « fidèles à la semence ». Leurs parents. Au lieu de cela, vous pourriez obtenir quelque chose de complètement différent - un pamplemousse d'un citron vert, un citron d'une orange - ou une surprise génétique.

The main advantage of multi-graft plants like fruit salad trees is convenience. Many people do not have room for several large fruit trees in their backyard, but would ideally like to harvest more than one kind of fruit. Different multi-graft techniques work best for different combinations of species. In general, the more closely related the plants, the more successful the graft. Getting a single tree to bear apples, oranges and bananas is probably too problematic a goal to come to fruition. That's why the Wests' fruit salad trees are fusions of related stone fruits or related citrus fruits, but not a mixture of fruits from different botanical families. Other nurseries offer similar multi-graft trees. Ison's nursery in Georgia sells a multi-graft stone fruit tree that produces peaches, plums, nectarines and apricots. Yamagami's nursery in California has multi-graft apple and cherry trees. And Stark Bro's in Missouri sell a 2-N-1 pear tree. Nurseries and hobbyists also graft different types of cacti. Some farmers and gardeners have created pomato plants, which grow potatoes underground and tomatoes above ground. Potatoes and tomatoes might seem very different based on appearances, but they both belong to the genus Solanum (genus is the taxonomic order just above species).

Although grafting woody plants, like fruit trees, is an ancient horticultural technique, grafting soft-stemmed vegetables is a much more recent agricultural practice. Perhaps nurseries will soon start selling mixed vegetable shrubs alongside fruit salad trees. Brassica oleracea seems like a particularly good candidate for such an experiment. This one species includes cabbage, broccoli, cauliflower, Brussels sprouts and kale. Yes, all these plants are cultivars of the exact same species—their appearances and characteristics have been altered through artificial selection over the generations, in the same way people have created so many different dog breeds. A broccauliflower sprouts plant sounds particularly delicious. Maybe it's time for a family reunion.

À PROPOS DES AUTEURS)

Ferris Jabr est un écrivain collaborateur pour Scientifique américain. Il a également écrit pour le Magazine du New York Times, les New yorkais et À l'extérieur.


PLB 5 Year Native Challenge - Ilex Verticallita

Purchased these from the Arbor Day website. There appears to be 2 or 3 in each. I’ll look to separate them, if I can, in the spring.

HorseloverFat

Imperial Masterpiece

Guh-Roovy!

Nice to see some more of these guys in the contest.

A cry of “good luck!” From my Verticillatas to yours.

PeaceLoveBonsai

Chumono

Guh-Roovy!

Nice to see some more of these guys in the contest.

A cry of “good luck!” From my Verticillatas to yours.

HorseloverFat

Imperial Masterpiece

The nursery sold me three ladies(Before I knew!). smart of them!

It was graciously shared with me the preferred pollinators, also.. I believe it was “southern gentleman”.. but not sure..

I have seen southern gentlemen 1 gal. fairly cheap through the usual online routes.

PeaceLoveBonsai

Chumono

The nursery sold me three ladies(Before I knew!). smart of them!

It was graciously shared with me the preferred pollinators, also.. I believe it was “southern gentleman”.. but not sure..

I have seen southern gentlemen 1 gal. fairly cheap through the usual online routes.

LittleDingus

Chumono

The competition in the verticulatta category heats up! I, too, have one entered. well, several. I'm hoping for a group planting with mine.

As @horsementioned, they do need a male to fruit. I got one at the same time as the female but mine were old enough to know. Getting them so young from the Arbor Day Foundation, unless the say explicitly if they are male or female, they are likely from seed and thus unknown. If there is a graft union, there is a chance the sex was known at the time the union was created. Male/female ilex are always sold as cultivars. they are grafted so it is known ahead of time what sex they are. Be aware of that in you plans! Don't assume you're working with females!

Once they flower for the first time, you'll be able to tell if they are male or female. If you end up with all females, you can find a flowering males a couple of years down the road. There may even be male holly nearby. though my understanding is they do have to be fairly close by for a good fruit yield.

If you end up with all males. What you have are likely yearlings. I'm not sure at what age verticullata first bloom. They are fast growers so could possible age young. Hopefully you can sort it out rather early!

The seed is cheap compared to the labor and space costs. Many plants are planted multiple seeds to a pot. Better to have too many plants than an empty pot. In some cases, growers will prune the weaker ones later. For shrubs that tend to grow multiple trunks anyway, they tend not to bother. they will fuse with time and people want fuller shrubs anyway. Hopefully you have enough to have at least one male and one female. Don't assume the odds are 50/50 though. Not all species create males and females in equal amounts!

If there is no graft union, you might consider splitting them up now and growing out separately. They will entangle and start to fuse quickly if you don't. Grow/style all of them as if they were female until they flower. Then you identify the males vs the females and give up on styling the males. or style them differently if you prefer. The males do not need to be part of the planting. they just need to be close by to do their duty at the right time

. and good luck! I'm eager to watch your progress and second guess all my decisions with mine along the way!


Substitute For Popular Bonsai Species In Cold Climate

Bonsai culture offers the greatest and most beautiful tree species on this planet. Since bonsai originate from asia, most likely from China and Japan, the most popular tree's are originating from this region.

Doing bonsai elsewhere in the world can be tricky. If your climate doesn't match the climate in Japan, you may not be able to grow successfully some of the most popular species. Your temperature range could be too cold in winter or too hot in summer. The best examples are the tropical species that cannot be grown year long in the northern climate unless you have the proper setup indoor or the winter could be too cold for hardy species.

Rest assure, nothing is lost. Many tree species originating from certain region or growing locally can be great substitute for a bonsai candidate. The most praised maple is without a doubt the trident maple. (Acer buergerianum) This specie is cold hardy to USDA zone 5 which is around minus 27 celsius. In Canada, the winters are getting harsher temperature. A great substitute would be the Amur maple (Acer Ginnala) which is cold hardy to USDA zone 2, minus 45 celsius. This species is a great replacement since it is very cold hardy, possesses small trilobed leaves and is a fast grower.

Other species liked from bonsai enthusiast are the Japanese pines. But, once again, cold can be a disadvantage. To the rescue comes the mugho pine. This pine will tolerate some very cold temperature plus it is a very tough plant tolerating many bonsai mistake. The mugho pine needles can be reduced much like the Japanese counterpart plus it displays a textured bark.

Another popular specie is the Chinese elm (ulmus parvifolia) but once again, cold is hard on this specie. For a replacement, the less known Siberian elm (ulmus pumila) can be as beautiful as the chinese one. Much like the Chinese elm, the Siberian elm as twiggy branching, grows fast and leaves are reducing well with proper technique.

Some others tree species are the American or tamarack larch (Larix Laricina) for an evergreen, the sergeant crabapple (malus sargentii) for a flowering and fruit producing tree or the European birch (betula pendula) for a broadleaf tree. These all displays beautiful characteristics. For instance, the American larch is the only evergreen to loose it's needles when fall show itself, the needles will turn from green to yellow for a few weeks before shedding. The sergeant crabapple will give you some nice white to pink flowers in spring and produce red fruit in autumn. The European birch as a nice white paperish bark that peel itself easily. Plus all these are moderate to fast growing tree that would yield a nice bonsai in a few years.


How to Grow Medlars from Seeds

First of all, at this point I can only repeat what I have read so far, as I have only started with medlar seeds. Several sources I read said that medlar seeds have a very strong coat and therefore need cold stratification (1-5°C). However, some sources say 12 month, some say only 3-4 month. Some say not at all. First you need to soak them in lukewarm water for 24-48 hours . Other websites add a warm stratification period of 8-9 month after the cold stratification, followed by another cold stratification of 3 month. These tips are all for dried seeds, I think. If you can get fresh seeds from a fruit directly from a tree, when the coat has not had the time to harden properly yet, it might work quicker.

I read in several German message boards that no stratification is necessary when you use seeds directly from fruits. I’m gonna go for that option, just soak the seeds for two days and sow them directly. The germination period of medlar seeds is 4-7 weeks, it said in one of the message boards. We will see…