Informations

Film vert accumulé dans une bouteille d'eau en verre


J'ai donc cette grande carafe d'eau avec laquelle je ne remplis que de l'eau. Et c'est la 2ème fois qu'il y a une couche de film vert qui s'accumule au fond de la bouteille. Je n'ai aucun moyen d'aller au fond pour nettoyer ça.

Je voulais savoir.

  1. En quoi consiste ce film vert ?
  2. Quels produits chimiques ou méthodes puis-je utiliser pour retirer le film sans avoir à frotter manuellement la bouteille ?

Merci

ps. Je ne sais pas si c'était le bon endroit pour poser cette question.


Ce qui semble se former dans les bouteilles d'eau réutilisables et les refroidisseurs d'eau est un biofilm. Comme il s'agit d'un système compliqué, après maturation, le biofilm peut être très difficile à éliminer sans frotter. Il y a un bel article sur le nettoyage des refroidisseurs d'eau, qui pourrait vous donner quelques informations.

Si vous regardez de plus près les résultats de la recherche Google Scholar, vous constaterez que de nombreuses recherches ont été menées dans le domaine de l'assainissement des refroidisseurs d'eau et de l'étude de leur flore. Par exemple, considérons l'article suivant de 1996 : Analyse des caractéristiques de virulence des bactéries isolées de l'eau en bouteille, du refroidisseur d'eau et de l'eau du robinet.

Il existe une très belle liste (tableau 1) de différentes bactéries isolées de l'eau. Mais je voudrais attirer votre attention sur le tableau suivant tiré du document :

Citation de la section méthodes répertoriant les antibiotiques testés :

Les antibiotiques naturels et de première génération comprenaient : la pénicilline, l'ampicilline, l'érythromycine, la kanamycine, la streptomycine, la tétracycline, le chloramphénicol et le sulfamide. Les antibiotiques synthétiques et de génération ultérieure comprenaient : la gentamicine, la céfoxitine, la céfopérazone, l'oxacilline, la pipéracilline, l'imipénem, ​​la ciprofloxacine et le sulfonamideftriméthoprime

La boue verte que vous observez, je pense, est une combinaison de toutes ces bactéries, plus certaines qui ont été apportées après que l'eau ait été versée dans le récipient. Et il semble que toutes les sources commerciales que vous n'avez pas purifiées vous-même auront une variété de micro-organismes en croissance. Et environ 5% de la masse cellulaire bactérienne totale est résistante aux antibiotiques courants.


Comment nettoyer les vieilles bouteilles : 9 trucs et astuces pour les faire briller

Qui aurait jamais pensé que les bouteilles en verre, l'un des objets les plus communs que nous négligeons tous les jours, seraient essentiellement un trésor pour certains ? Eh bien, ce sont les sages qui pensaient qu'il y avait de l'argent dans les bouteilles vides, et parfois, celles-ci s'avèrent plus chères que les liquides qu'elles contenaient !

Au cours de la dernière décennie, les vieilles bouteilles ont rapporté une bonne somme d'argent aux enchères.

Certaines bonnes bouteilles vides peuvent coûter jusqu'à quelques centaines de dollars. Mais les bouteilles en parfait état et les bouteilles anciennes comme le Remy Martin King Louis XIII peuvent monter jusqu'à 8 000 $. À ce jour, la bouteille la plus chère jamais achetée a coûté plus de 200 000 $. C'était une vieille bouteille de tequila du Mexique.

Donc, si vous y réfléchissez, collectionner des bouteilles n'est pas si mal après tout, n'est-ce pas ? Qui sait, les bouteilles que vous avez conservées dans votre stockage pendant si longtemps pourraient bien coûter beaucoup d'argent.

Il ne vous reste plus qu'à les vérifier et à les nettoyer si besoin. Que vous soyez un collectionneur ou quelqu'un qui souhaite réutiliser des objets à d'autres fins, tenez compte des conseils suivants sur la façon de nettoyer les vieilles bouteilles en verre et de les restaurer.


Un million de bouteilles par minute : la frénésie de plastique dans le monde ɺussi dangereuse que le changement climatique'

Un million de bouteilles en plastique sont achetées dans le monde chaque minute et ce nombre augmentera de 20 % d'ici 2021, créant une crise environnementale, selon certains militants, qui sera aussi grave que le changement climatique.

De nouveaux chiffres obtenus par le Guardian révèlent l'augmentation de l'utilisation des bouteilles en plastique, dont plus d'un demi-billion seront vendues chaque année d'ici la fin de la décennie.

La demande, équivalente à environ 20 000 bouteilles achetées chaque seconde, est motivée par un désir apparemment insatiable d'eau en bouteille et par la propagation d'une culture occidentale et urbanisée « en déplacement » en Chine et dans la région Asie-Pacifique.

Plus de 480 milliards de bouteilles en plastique ont été vendues en 2016 dans le monde, contre environ 300 milliards il y a dix ans. S'ils étaient placés bout à bout, ils s'étendraient à plus de la moitié du soleil. D'ici 2021, ce chiffre passera à 583,3 milliards, selon les estimations les plus récentes du rapport sur les tendances mondiales en matière d'emballage d'Euromonitor International.

La plupart des bouteilles en plastique utilisées pour les boissons gazeuses et l'eau sont fabriquées à partir de polyéthylène téréphtalate (Pet), qui est hautement recyclable. Mais alors que leur utilisation monte en flèche à travers le monde, les efforts de collecte et de recyclage des bouteilles pour les empêcher de polluer les océans ne parviennent pas à suivre.

Moins de la moitié des bouteilles achetées en 2016 ont été collectées pour recyclage et seulement 7 % de celles collectées ont été transformées en bouteilles neuves. Au lieu de cela, la plupart des bouteilles en plastique produites finissent dans des décharges ou dans l'océan.

Entre 5 et 13 millions de tonnes de plastique s'échappent chaque année dans les océans du monde pour être ingérés par les oiseaux de mer, les poissons et d'autres organismes, et d'ici 2050, l'océan contiendra plus de plastique en poids que de poisson, selon les recherches de la Fondation Ellen MacArthur.

Les experts avertissent que certains d'entre eux se retrouvent déjà dans la chaîne alimentaire humaine.

Des scientifiques de l'Université de Gand en Belgique ont récemment calculé que les personnes qui mangent des fruits de mer ingèrent jusqu'à 11 000 petits morceaux de plastique chaque année. En août dernier, les résultats d'une étude de l'Université de Plymouth ont révélé que du plastique avait été trouvé dans un tiers des poissons pêchés au Royaume-Uni, notamment de la morue, de l'églefin, du maquereau et des crustacés. L'année dernière, l'Autorité européenne de sécurité des aliments a appelé à des recherches urgentes, citant une préoccupation croissante pour la santé humaine et la sécurité alimentaire « compte tenu du potentiel de pollution microplastique dans les tissus comestibles des poissons commerciaux ».

Dame Ellen MacArthur, la navigatrice autour du monde, milite désormais pour une économie circulaire dans laquelle les bouteilles en plastique sont réutilisées, rechargées et recyclées plutôt qu'utilisées une seule fois et jetées.

"Le passage à une véritable économie circulaire pour les plastiques est une opportunité énorme de boucler la boucle, d'économiser des milliards de dollars et de dissocier la production de plastique de la consommation de combustibles fossiles", a-t-elle déclaré.

Hugo Tagholm, du groupe de conservation marine et de campagne Surfers Against Sewage, a déclaré que les chiffres étaient dévastateurs. « La crise de la pollution plastique rivalise avec la menace du changement climatique car elle pollue tous les systèmes naturels et un nombre croissant d'organismes sur la planète Terre.

« La science actuelle montre que les plastiques ne peuvent pas être assimilés utilement dans la chaîne alimentaire. Là où ils sont ingérés, ils transportent des toxines qui se retrouvent dans nos assiettes. Surfers Against Sewage fait campagne pour qu'un système de consigne remboursable soit introduit au Royaume-Uni afin d'encourager la réutilisation.

Tagholm a ajouté: "Alors que la production de plastiques jetables a considérablement augmenté au cours des 20 dernières années, les systèmes pour les contenir, les contrôler, les réutiliser et les recycler n'ont tout simplement pas suivi le rythme."

Au Royaume-Uni, 38,5 millions de bouteilles en plastique sont utilisées chaque jour – seulement un peu plus de la moitié sont recyclées, tandis que plus de 16 millions sont mises en décharge, brûlées ou s'échappent chaque jour dans l'environnement et les océans.

"La production de plastique devrait doubler au cours des 20 prochaines années et quadrupler d'ici 2050, il est donc temps d'agir", a déclaré Tagholm.

L'impact de la pollution par les plastiques dans les océans du monde entier suscite de plus en plus d'inquiétudes. Le mois dernier, des scientifiques ont trouvé près de 18 tonnes de plastique sur l'une des îles les plus reculées du monde, un atoll de corail inhabité dans le Pacifique Sud.

Une autre étude sur les plages éloignées de l'Arctique a révélé qu'elles étaient également fortement polluées par du plastique, malgré les petites populations locales. Et plus tôt cette semaine, des scientifiques ont averti que des bouteilles en plastique et d'autres emballages envahissaient certaines des plus belles plages et des côtes isolées du Royaume-Uni, mettant en danger la faune, des requins pèlerins aux macareux.

La majorité des bouteilles en plastique utilisées dans le monde sont destinées à l'eau potable, selon Rosemary Downey, responsable de l'emballage chez Euromonitor et l'un des experts mondiaux de la production de bouteilles en plastique.

La Chine est responsable de la majeure partie de l'augmentation de la demande. La consommation d'eau en bouteille par le public chinois représente près d'un quart de la demande mondiale, a-t-elle déclaré.

"C'est un pays essentiel à comprendre lors de l'examen des ventes mondiales de bouteilles en plastique pour animaux de compagnie, et les besoins de la Chine en bouteilles en plastique continuent d'augmenter", a déclaré Downey.

En 2015, les consommateurs chinois ont acheté 68,4 milliards de bouteilles d'eau et en 2016, ce chiffre est passé à 73,8 milliards de bouteilles, en hausse de 5,4 milliards.

Un travailleur trie des bouteilles en plastique dans un centre de recyclage à la périphérie de Wuhan, dans la province du Hubei, en Chine. Photographie : Jie Zhao/Corbis/Getty Images

"Cette augmentation est due à une urbanisation accrue", a déclaré Downey. "Il y a un désir de vivre sainement et il y a des inquiétudes constantes concernant la contamination des eaux souterraines et la qualité de l'eau du robinet, qui contribuent toutes à l'augmentation de l'utilisation de l'eau en bouteille", a-t-elle déclaré. L'Inde et l'Indonésie connaissent également une forte croissance.

Les bouteilles en plastique sont une grande partie de l'énorme augmentation de l'utilisation d'un matériau popularisé pour la première fois dans les années 1940. La plupart du plastique produit depuis lors existe toujours, le composé à base pétrochimique met des centaines d'années à se décomposer.

Les grandes marques de boissons produisent le plus grand nombre de bouteilles en plastique. Coca-Cola produit plus de 100 milliards de bouteilles en plastique jetables chaque année, soit 3 400 par seconde, selon une analyse réalisée par Greenpeace après que l'entreprise a refusé de divulguer publiquement son utilisation mondiale de plastique. Selon Greenpeace, les six plus grandes entreprises de boissons au monde utilisent en moyenne seulement 6,6 % de Pet recyclé dans leurs produits. Un tiers n'a pas pour objectif d'augmenter son utilisation de plastique recyclé et aucun n'a pour objectif d'en utiliser 100 % dans l'ensemble de sa production mondiale.

Les bouteilles en plastique pourraient être fabriquées à partir de plastique 100% recyclé, connu sous le nom de RPet – et les militants font pression sur les grandes entreprises de boissons pour augmenter radicalement la quantité de plastique recyclé dans leurs bouteilles. Mais les marques sont hostiles à l'utilisation du RPet pour des raisons cosmétiques, car elles veulent que leurs produits soient en plastique brillant et transparent, selon Steve Morgan, de Recoup au Royaume-Uni.

Vous les trouverez aussi sur les plages. Photographie : Barbara Walton/EPA

En preuve devant un comité de la Chambre des communes, la British Plastics Federation (BPF), un organisme de commerce du plastique, a admis que la fabrication de bouteilles à partir de plastique recyclé à 100 % utilisait 75 % moins d'énergie que la fabrication de bouteilles en plastique vierge. Mais le BPF a déclaré que les marques ne devraient pas être contraintes d'augmenter le contenu recyclé des bouteilles. « Le contenu recyclé. peut aller jusqu'à 100 %, mais il s'agit d'une décision prise par les marques en fonction de divers facteurs », a déclaré Philip Law, directeur général du BPF.

L'industrie résiste également à toutes taxes ou charges visant à réduire la demande de bouteilles en plastique à usage unique, comme la taxe de 5 pence sur les sacs en plastique qui est créditée de réduire l'utilisation des sacs en plastique de 80 %.

Dame Ellen MacArthur, navigatrice et navigatrice au long cours. Photographie : Linda Nylind/The Guardian

Coca Cola a déclaré qu'elle examinait toujours les demandes de Greenpeace de publier son utilisation mondiale des plastiques. Une porte-parole a déclaré : « À l'échelle mondiale, nous continuons d'augmenter l'utilisation de plastique recyclé dans les pays où cela est faisable et autorisé. Nous continuons d'augmenter l'utilisation du RPet sur les marchés où il est faisable et approuvé pour une utilisation réglementaire de qualité alimentaire - 44 pays sur les plus de 200 dans lesquels nous opérons.

Elle a convenu que les bouteilles en plastique pouvaient être fabriquées à partir de plastique recyclé à 100 %, mais il n'y avait pas assez de plastique de qualité alimentaire disponible à l'échelle nécessaire pour augmenter la quantité de rPET à ce niveau.

"Donc, si nous voulons augmenter encore plus la quantité de plastique recyclé dans nos bouteilles, une nouvelle approche est nécessaire pour créer une économie circulaire pour les bouteilles en plastique", a-t-elle déclaré.

Greenpeace a déclaré que les six grandes entreprises de boissons devaient faire plus pour augmenter le contenu recyclé de leurs bouteilles en plastique. « Au cours de la récente expédition de Greenpeace explorant la pollution plastique sur les côtes écossaises éloignées, nous avons trouvé des bouteilles en plastique presque partout où nous sommes allés », a déclaré Louisa Casson, militante océans pour Greenpeace.

"Il est clair que l'industrie des boissons non alcoolisées doit réduire son empreinte plastique."


Déchets liquides biodangereux

Description/Exemples

Cela inclut les liquides biologiques en vrac tels que les milieux de culture, les liquides d'échantillons cliniques regroupés, etc.

Collection et stockage d'amplis

Les flacons à vide et les contenants de « vidage » de liquide doivent être remplis de désinfectant avant utilisation pour aider à prévenir la croissance de la contamination dans le flacon pendant la période de conservation. Les récipients de collecte doivent être étiquetés avec l'étiquette de danger biologique et le nom du désinfectant. Des récipients incassables doivent être utilisés dans la mesure du possible.

Les flacons à vide doivent être stockés dans un récipient secondaire incassable et étanche lorsqu'ils ne sont pas conservés à l'intérieur d'une enceinte de biosécurité (BSC). Les flacons à vide doivent également être équipés d'un flacon de trop-plein et/ou d'un filtre HEPA sur la ligne pour protéger les lignes à vide en cas de dysfonctionnement du flacon. Les flacons doivent être vidés et nettoyés une fois par semaine, ou lorsqu'ils sont à moitié pleins, selon la première éventualité, pour éviter le débordement et la croissance de contaminants.

Traitement et élimination

Les déchets liquides traités peuvent être éliminés via l'évier du laboratoire. Utilisez une blouse de laboratoire, des gants et des lunettes anti-éclaboussures (ou des lunettes de sécurité avec un écran facial) lors de l'évacuation des déchets dans le drain. Prenez soin de minimiser la génération de « rejets » et rincez soigneusement l'évier après la décharge des déchets.

Les déchets liquides peuvent également être autoclavés puis éliminés via l'évier. REMARQUE: Si vous allez autoclaver vos déchets, vous ne devez pas prétraiter avec un désinfectant, ou vous devez utiliser uniquement un désinfectant qui peut être autoclavé en toute sécurité sur la base des informations du fabricant. L'eau de Javel n'est pas sûre pour autoclave.


Biofilm : la bave commune qui empoisonne la famille de vos animaux de compagnie

En tant que propriétaires d'animaux, nous avons tous vu et ressenti cette vilaine bave qui se forme dans les plats de nourriture et d'eau de nos animaux.

Cette boue est appelée biofilm bactérien, qui se forme lorsque des bactéries se fixent à la vaisselle de votre animal et libèrent une substance visqueuse ressemblant à de la colle qui peut adhérer au plastique, à l'acier inoxydable, à la céramique, au verre et à de nombreuses autres surfaces.

Biofilm apparaît dans de nombreuses couleurs, y compris rouge, vert, rose, jaune, violet, orange, marron, incolore ou noir. Cela crée également une odeur de putréfaction qui est incroyablement désagréable pour les animaux de compagnie. Vous ne pourrez peut-être pas détecter une odeur, mais n'oubliez pas que de nombreux types d'animaux peuvent sentir 14 fois mieux (ou plus !) que les humains.

Le biofilm peut provoquer des conditions mortelles lorsqu'il est ingéré ou inhalé par des animaux de compagnie ou des humains, et peut contenir :

    (le film rose que vous voyez dans les bols, les rideaux de douche et autres zones humides)
  • E. coli
  • Candida albicans
  • Chlamydia pneumoniae
  • Borrelia burgdorferi (maladie de Lyme)
  • Clostridium difficile (la cause la plus fréquente d'infection gastro-intestinale humaine et une épidémie croissante)
  • Clostridium perfringens
  • Helicobacter pylori (provoque des ulcères d'estomac et une gastrite chez l'homme)
  • Klebsiella pneumoniae
  • Legionella pneumophila
  • Listeria monocytogenes
  • Pseudomonas aeruginosa
  • Salmonelle typhimurium
  • Staphylococcus aureus
  • Staphylococcus epidermidis
  • Vibrio cholerae (certaines souches provoquent la maladie du choléra)
  • et bien d'autres (y compris celles qui causent diverses maladies humaines chroniques et débilitantes)

Quels sont les risques pour l'homme ?

Chez l'homme, les processus infectieux dans lesquels les biofilms ont été impliqués comprennent des problèmes courants tels que la vaginose bactérienne, les infections des voies urinaires, les infections des cathéters, les infections de l'oreille moyenne et des sinus, la formation de plaque dentaire, la gingivite, le revêtement des lentilles de contact et moins processus courants mais plus mortels tels que l'endocardite, les infections de la mucoviscidose et les infections des dispositifs permanents à demeure tels que les prothèses articulaires et les valves cardiaques.”

Biofilm présent dans le corps humain :

  • Empêche l'absorption complète des nutriments à travers la paroi intestinale.
  • Protège les micro-organismes pathogènes du système immunitaire.
  • Protège les micro-organismes pathogènes des antibiotiques et des antifongiques (à la fois à base de plantes et de qualité pharmaceutique).
  • Favorise l'inflammation.
  • Contient des métaux lourds tels que le cuivre, le plomb et le nickel

Le National Institutes of Health (NIH) estime que 60% de toutes les infections humaines et 80% des infections réfractaires (insensible au traitement médical) sont attribuables aux colonies de biofilm.

Les endroits communs pour le biofilm autour de votre maison comprennent :

  • Télécommandes, téléphones portables, lampes, poignées de porte, lunettes de lecture, outils
  • Toilettes, pommes de douche, brosses à dents et rideaux de douche
  • Drains et bouchons d'évier de cuisine, éponges
  • Planches à découper, couverts, cafetières, bouteilles d'eau
  • Jouets, hochets, biberons, tétines
  • Spas et bains à remous
  • Dents, peau, cathéters, sinus, implants

Quels sont les risques pour les animaux de compagnie ?

Le biofilm sur les bols de votre animal de compagnie pourrait contenir des algues, des bactéries et des champignons qui proviennent de ce que votre animal de compagnie lèche ou mange en marchant ou dans la cour, en plus de sa nourriture, explique Joseph Kinnarney, DVM, président de l'American Veterinary Medical Association. Ceci n'est pas limité aux plats pour chiens et chats. Le biofilm peut se former sur les bols pour animaux de compagnie pour les perroquets, les rongeurs, les reptiles et tous les autres qui dépendent d'un bol, d'un plat ou d'une bouteille pour la nourriture et l'eau.

Maladies parodontales sont le problème de santé numéro un chez les petits animaux. À seulement deux ans, 70 % des chats et 80 % des chiens souffrent d'une forme ou d'une autre de maladies parodontales.

Les bactéries qui forment un biofilm provoquent la formation de plaque dentaire qui entraîne la formation de tartre dentaire, des maladies parodontales, des caries dentaires et des maladies systémiques.

Les bactéries du biofilm peuvent également provoquer une inflammation systémique, des maladies cardiovasculaires, des infections des voies urinaires et des maladies rénales chroniques chez les animaux de compagnie (en particulier chez les chats).

Le fait que nous puissions prévenir les problèmes de santé majeurs chez nos animaux de compagnie simplement en gardant leurs bols et leurs jouets propres et stériles donne à réfléchir.

C'est un peu d'effort pour un si gros retour !

Que ce soit dans les bols de nos animaux ou dans les biofilms ménagers partout dans notre maison, les bactéries du biofilm sont un danger constant pour notre santé. Imaginez que votre enfant touche ou joue avec le bol ou les jouets de l'animal, puis met ses doigts dans sa bouche ? BRUT!

Allez à la Source ! Nettoyer et désinfecter les bols et fontaines de votre animal de compagnie

Une étude menée par la National Science Foundation International a examiné les endroits les plus dégoûtants dans les foyers et dans les top cinq des zones les plus désagréables étaient bols de nourriture et d'eau pour animaux de compagnie.

Fournir des bols et des plats propres à chaque tétée

Tout d'abord : nettoyez les bols. Si vous nourrissez vos animaux de compagnie avec des croquettes, des graines ou d'autres formes de nourriture sèche, il n'est pas hygiénique de simplement continuer à remplir le bol. L'utilisation d'un bol frais pour chaque repas est essentielle. Les huiles de la nourriture et la salive de l'animal se mélangent pour créer un biofilm particulièrement horrible, en plus de l'huile qui rancit. L'une des nombreuses causes de cancer chez les animaux de compagnie et les humains a été liée aux huiles rances.

Nettoyer différents types de bols et de plats

Lavez les bols de nourriture et d'eau dans de l'eau chaude savonneuse ou dans votre lave-vaisselle à feu vif pour une stérilisation encore meilleure. Gardez un ensemble de bols de nourriture à portée de main, pour aider à faire tourner les bols et assurer un plat propre pour chaque animal de compagnie, tous les jours. Cela vaut également pour les fontaines à eau pour animaux de compagnie, qui peuvent former rapidement un biofilm entre les nettoyages.

IMPORTANT: Utilisez une éponge, un chiffon, etc. séparé lors du nettoyage, en évitant d'utiliser votre éponge à vaisselle/cuisine habituelle. Vous ne voulez pas essuyer le biofilm de la vaisselle de votre animal sur la vôtre. De plus, si possible, lavez la vaisselle pour animaux de compagnie dans une salle de bain ou un autre évier, plutôt que d'utiliser l'évier de la cuisine, afin de protéger davantage vos zones de préparation des aliments contre la contamination croisée.

Les types de bols suivants sont des bols en verre transparent (type Pyrex) ou blancs (type Corningware) fortement recommandés. Les bols en plastique absorbent les odeurs, la graisse, la salive et les vieilles particules de nourriture et sont difficiles à garder vraiment propres.

Les bols en verre et en céramique sont particulièrement utiles, car vous pouvez facilement voir la saleté, la boue, les sédiments et la moisissure. Assurez-vous de ne pas frotter les bols en acier inoxydable avec quoi que ce soit d'abrasif, car cela provoque des rayures qui peuvent permettre au biofilm de se développer. (En tant que gardiens d'animaux, nous laverons toujours les bols de vos animaux à chaque visite.)

Veillez également à ne pas utiliser d'éponge abrasive lors du nettoyage de l'acier inoxydable, du plastique ou d'autres matériaux facilement rayables.

Qu'en est-il des jouets pour animaux de compagnie ? Oui, ils sont aussi BRUTs !

Les jouets pour animaux de compagnie sont une source particulièrement désagréable de biofilm et de bactéries. Tous les membres du ménage doivent se laver les mains après avoir joué avec des animaux et leurs jouets, en particulier avant les repas ou la préparation des aliments.

Les jouets durs peuvent être nettoyés avec de l'eau chaude savonneuse, rincés très bien avec de l'eau propre et fraîche, désinfectés avec une solution d'eau de Javel douce et rincés abondamment pour éliminer tout résidu. Les peluches peuvent être lavées avec du linge à la température la plus élevée.

Prendre quelques minutes chaque jour pour nettoyer et désinfecter correctement les bols de votre animal peut faire la différence entre un animal en bonne santé et un animal qui développe des maladies chroniques et parfois mortelles. Et vos animaux de compagnie seront heureux de manger et de boire de la nourriture et de l'eau fraîches et propres à chaque repas.


Comment enlever les taches d'eau dure sur le verre

Cet article a été co-écrit par Raymond Chiu. Raymond Chiu est le directeur des opérations de MaidSailors.com, un service de nettoyage résidentiel et commercial basé à New York qui fournit des services de nettoyage à domicile et au bureau à des prix abordables. Il est titulaire d'un baccalauréat en administration et gestion des affaires du Baruch College.

wikiHow marque un article comme étant approuvé par le lecteur une fois qu'il reçoit suffisamment de commentaires positifs. Cet article a reçu 12 témoignages et 100 % des lecteurs qui ont voté l'ont trouvé utile, ce qui lui a valu notre statut d'approbation par les lecteurs.

Cet article a été vu 1 527 627 fois.

Les taches d'eau dure apparaissent comme des taches blanches et brumeuses sur les surfaces en verre. Cela est dû à une accumulation de minéraux alcalins et autres dans votre eau. Bien que ces taches soient notoirement difficiles à éliminer, vous pouvez utiliser des nettoyants liquides et non liquides pour aider à remettre votre verre dans un état étincelant. Il existe également plusieurs façons d'empêcher les taches d'eau dure de revenir une fois que vous les avez éliminées avec succès.


Vous avez peut-être lu ce qui est mauvais avec les sacs en plastique et décidé de réduire la quantité de produits jetables que vous consommez, et c'est une excellente direction à prendre. Mais il y a un autre problème dans le champ de mines de déchets plastiques qui doit être résolu aux États-Unis, 1 500 bouteilles d'eau en plastique sont consommées chaque seconde. Voici pourquoi c'est un problème majeur pour les humains, l'environnement et les animaux de notre planète.

L'impact humain

Les bouteilles en plastique contiennent du bisphénol A (BPA), le produit chimique utilisé pour rendre le plastique dur et transparent. Le BPA est un perturbateur endocrinien qui s'est avéré dangereux pour la santé humaine. Il a été fortement lié à une multitude de problèmes de santé, notamment certains types de cancer, des difficultés neurologiques, une puberté précoce chez les filles, une fertilité réduite chez les femmes, un travail prématuré et des anomalies chez les nouveau-nés - pour ne citer que quelques exemples. Le BPA pénètre dans le corps humain par exposition aux plastiques tels que les boissons en bouteille et les produits de nettoyage. Il a été trouvé en quantités importantes dans les groupes à risque tels que les placentas des femmes enceintes et les fœtus en croissance. Une étude menée l'année dernière a révélé que 96% des femmes aux États-Unis ont du BPA dans leur corps.

La bonne nouvelle est que vous pouvez faire mesurer vos niveaux de BPA et modifier votre mode de vie pour les abaisser, comme l'a démontré Jeb Berrier dans son film sur les produits de consommation en plastique, Bag It.

Les boissons en bouteille contiennent également des phtalates, qui sont couramment utilisés aux États-Unis pour rendre les plastiques tels que le polychlorure de vinyle (PVC) plus flexibles. Les phtalates sont également des produits chimiques perturbateurs endocriniens qui ont été associés à un large éventail d'effets sur le développement et la reproduction, notamment une réduction du nombre de spermatozoïdes, des anomalies et des tumeurs testiculaires et des problèmes de développement du genre. La FDA ne réglemente pas les phtalates et ne les classe pas comme un danger pour la santé en raison des quantités supposées infimes présentes dans les bouteilles en plastique. Cette décision ne prend pas en compte la présence importante de plastiques dans la vie quotidienne du citoyen américain moyen, le fait que la concentration en phtalates augmente plus une bouteille d'eau en plastique est conservée longtemps, ou le fait qu'une boisson en bouteille exposée à la chaleur provoque une lixiviation accélérée. de produits chimiques plastiques nocifs dans la boisson.

En plus des impacts négatifs du BPA et des phtalates sur la santé humaine, il existe également des préoccupations croissantes concernant les agents cancérigènes et les contaminants microbiens qui ont été trouvés dans les échantillons d'essai d'eau en bouteille.

Les usines d'embouteillage posent également des problèmes aux humains qui vivent à proximité. L'extraction de l'eau autour des usines d'embouteillage impliquait des millions de gallons d'eau pour fabriquer les bouteilles. Cela conduit souvent à des pénuries d'eau locales qui affectent les résidents à proximité, en particulier les agriculteurs qui doivent fournir de la nourriture aux quartiers environnants.

L'impact animal

Les bouchons de bouteilles en plastique ne sont actuellement pas recyclables et, comme pour les sacs en plastique, ils finissent souvent au fond de l'océan et dans l'estomac de diverses espèces animales qui les prennent pour de la nourriture. Un albatros récemment retrouvé mort sur une île hawaïenne avait un estomac plein de 119 capsules de bouteilles.

La vie marine est quotidiennement la proie de ce problème. Un cachalot a été retrouvé mort sur une plage nord-américaine récemment avec une bouteille en plastique d'un gallon qui avait gommé son intestin grêle. Le corps de l'animal était plein de matières plastiques, notamment d'autres bouteilles en plastique, des capsules de bouteilles et des sacs en plastique.

L'impact environnemental

Les bouteilles en plastique sont fabriquées à partir d'un produit pétrolier connu sous le nom de polyéthylène téréphtalate (PET), et elles nécessitent d'énormes quantités de combustibles fossiles pour les fabriquer et les transporter. Dans les années 1970, les États-Unis étaient le plus grand exportateur mondial de pétrole, mais ils sont maintenant le plus grand importateur. Si vous remplissez une bouteille en plastique de liquide de manière à ce qu'elle soit pleine à 25 %, c'est à peu près la quantité d'huile qu'il a fallu pour fabriquer la bouteille. Pour un article jetable à usage unique, c'est beaucoup.

Il est plus difficile de recycler les bouteilles en plastique que vous ne le pensez. Parmi les quantités massives de bouteilles en plastique consommées dans le monde, la plupart d'entre elles ne sont pas recyclées car seuls certains types de bouteilles en plastique peuvent être recyclés par certaines municipalités. Soit ils finissent par stagner dans les décharges, en lessivant des produits chimiques dangereux dans le sol, soit ils s'infiltrent dans nos rues sous forme de détritus. On les trouve sur les trottoirs, dans les parcs, les cours avant et les rivières, et même si vous les coupez en petits morceaux, il leur faut encore plus d'une vie humaine pour se décomposer.

Ça s'empire. Dans le cas de l'eau en bouteille, le processus de fabrication du plastique nécessite plus de deux gallons d'eau pour le processus de purification de chaque gallon d'eau.

Aux États-Unis, l'eau en bouteille et l'eau du robinet sont réglementées par différentes agences fédérales. La Food and Drug Administration (FDA) réglemente l'eau en bouteille et l'Environmental Protection Agency (EPA) réglemente l'eau du robinet. Par conséquent, l'application et la surveillance de la qualité de l'eau pour l'eau en bouteille par rapport à l'eau du robinet ne correspondent pas. En raison des politiques strictes de l'EPA, les incidents de contamination de l'eau du robinet doivent être signalés immédiatement aux citoyens américains.

À qui la faute ?

Les entreprises d'eau embouteillée et les producteurs de boissons travaillent ensemble pour générer d'énormes profits. Les fabricants d'eau en bouteille présentent leurs produits comme étant de meilleure qualité, plus purs et plus sûrs que l'eau du robinet, malgré le fait que l'eau du robinet est en fait soumise à des normes de qualité plus strictes que l'eau en bouteille. Certaines marques d'eau en bouteille se sont avérées être de l'eau du robinet déguisée.

Bien que plusieurs études scientifiques aient été menées sur les problèmes des produits chimiques présents dans les boissons en bouteille, diverses campagnes ont été menées pour saper les résultats de la recherche. L'American Chemical Council (ACC) affirme toujours que le BPA est sans danger.

Alors qui fait quoi ?

En Allemagne, le recyclage des bouteilles est une pratique courante et efficace dans tout le pays. Les machines ou les membres du personnel des magasins de l'autre côté prennent les bouteilles usagées des clients en échange de paiements en espèces. Les taux de recyclage sont donc systématiquement élevés et les entreprises sont encouragées à réutiliser les bouteilles. Certaines bouteilles « nouvelles » ont des retraits sur elles pour indiquer le nombre de fois qu'elles ont été réutilisées. D'autres villes allemandes telles que Neustadt an der Weinstrasse préfèrent s'attaquer à la racine du problème en offrant des incitations financières supplémentaires pour réduire les déchets ménagers en premier lieu.

En 2009, en Australie, la ville de Bundanoon en Nouvelle-Galles du Sud a voté l'interdiction de l'eau embouteillée par souci pour l'environnement et la santé de la communauté locale. La vente ou la distribution d'eau en bouteille dans l'enceinte de la ville est devenue interdite, et les fontaines à eau et les distributeurs d'eau filtrée sont devenus des caractéristiques communes de la ville.

En 2010, le Canada est devenu le premier pays à déclarer le BPA substance toxique, suivi de près par l'Union européenne en interdisant le BPA dans les biberons en 2011. Les États-Unis, la France, l'Allemagne, le Danemark et la Suède ont pris des mesures pour limiter l'utilisation du BPA. dans les produits.

Afin de réduire les déchets dans la merveille naturelle plus tôt cette année, le Service du parc national du Grand Canyon a approuvé un plan visant à arrêter la vente d'eau en bouteille dans les 30 jours. Des stations d'eau sont disponibles dans le parc pour que les visiteurs puissent remplir leurs propres bouteilles d'eau.

Que pouvons-nous y faire?

  • Évitez complètement le besoin de boissons en bouteille. Vous pouvez économiser des ressources en buvant dans des verres ou des fontaines d'eau lorsque cela est possible lorsque vous êtes absent.
  • Faites la recherche. Ne tombez pas dans le piège de la publicité qui vous dit que l'eau en bouteille est plus pure ou plus sûre que le robinet. Si vous êtes préoccupé par votre eau du robinet, vous pouvez obtenir un rapport sur la qualité de l'eau de votre région et acheter un filtre à eau si nécessaire.
  • Investissez dans une bouteille réutilisable sans BPA. Emportez une bouteille rechargeable sans BPA lorsque vous êtes en déplacement et remplissez-la chaque fois que l'option se présente. Ce guide examine certaines des options sur le marché.

Mais surtout, réduire. Pensez aux baleines et aux albatros et achetez moins de produits en plastique en général, surtout quand vous savez que vous ne pouvez pas les recycler. Cela aura probablement un impact beaucoup plus important et positif que vous ne le pensez.


Guide de nettoyage des fontaines à eau et élimination du tartre blanc

Nettoyer et entretenir vos fontaines à eau est la chose la plus importante que vous puissiez faire pour les garder en état de fonctionnement. Que votre fontaine soit grande ou petite, à l'intérieur ou à l'extérieur, vous devez la nettoyer régulièrement pour éliminer le tartre blanc et les algues pour qu'elle continue de fonctionner correctement. Ci-dessous, vous trouverez un guide général étape par étape pour nettoyer votre fontaine. Gardez à l'esprit que si vous avez une fontaine faite d'un matériau dont vous ne savez pas comment entretenir, reportez-vous aux instructions de votre fontaine.

À quelle fréquence devriez-vous nettoyer votre fontaine ?

Les fontaines doivent être nettoyées une fois par mois ou tous les deux mois, selon la taille, pour garder l'eau claire et pour garder la pompe propre et exempte d'algues ou d'accumulation de tartre blanc. Nettoyez les fontaines de table plus petites au moins une fois par mois, car elles contiennent moins d'eau pour diluer les algues et les écailles blanches. Vous pouvez probablement nettoyer les grandes fontaines murales et au sol tous les deux mois. La chose la plus importante à savoir est que peu importe que vous ayez une fontaine de jardin, une petite fontaine de bureau ou un mur d'eau fait maison, vous devez nettoyer votre fontaine à eau régulièrement pour vous assurer qu'elle reste en parfait état.

To clean your water fountain take the following steps:

  1. Turn the fountain off.
  2. If there are stones in your fountain, take them out and clean them as well.
  3. Once you have access to your pump and water, remove the pump from the fountain. This will need to be cleaned as well (see below for cleaning pumps).
  4. Empty all water from the fountain if you have a wall fountain or large floor fountain, empty water out of the fountain with a shop vac (you can get water out however you wish, this is just the way we have found to work best).
  5. Clean your fountain in the sink or for wall fountains and large fountains, take a bucket of water and a non-abrasive sponge to clean the inside of the pan. We recommend using a mild soap or a product such as CLR on the inside of the pan to remove any buildup. For the outside of the pan, be sure there are no water drops left to sit on the outside of the fountain. For copper, you can always “dust” it with a furniture polish as often as you would like to keep the outside of the fountain looking polished.
  6. Wipe and scrub until you have gotten rid of any algae and/or white scale buildup your fountain may have.
  7. Once the pan is clean try, to rinse out any soap or cleaning product by just wiping with clean rags or cloths. Now you are ready to replace your “clean” pump.

Don’t Forget to Clean the Fountain Pump

Cleaning your pump is very important as this is what makes the fountain tick! Your pump will be the first thing to see buildup because this is what the water is flowing through and where the water is filtered.

  1. Once your pump is removed from your fountain, place your pump in the sink to clean. Remove the back of the pump, most fountain pumps should have a removable face on one side of the pump. This is where the propeller is.
  2. Once removed, take a toothbrush or some other type of brush that will get in the small holes of the pump to clean out any debris. Hard running water over the pump usually will clean most of this out as well.
  3. Place the cover back on and hook your pump back up in your fountain. If you can, it is good to clean out the tubing that connects the pump. This is a little trickier as it is hard to get inside it, but even hard running water through the tube will clean out a lot of build up.

Prevent & Eliminate White Scale Buildup & Algae Growth:

Learn how to remove water calcium deposits, white scale and algae growth from your water fountain. These pesky pollutants can turn your lovely indoor fountain into an unsightly mess. Follow the simple steps below to get solve each of these problems. White scale can be hard to get rid of in water fountains if it is allowed to build up for too long. The best solution is to prevent it from forming altogether. To do this, you can use distilled water in your fountain or use a fountain care product such as Protec Scale and Stain Remover.

Once you have mineral build up on your fountains you can try the following to remove it:

CLR - Calcium Lime Remover - This is something you will find at a home improvement store or a discount store such as Wal-Mart or Target. It is a general kitchen/bathroom cleaner used for removing mineral deposits. Be sure you use a soft, non-abrasive sponge to scrub your fountain.

Vinegar and water may help get rid of some of the deposits as well, you will want to leave this sit on your fountain for awhile to let it work and break down the deposits and then scrub with a non-abrasive sponge.

Algae in your fountain: Algae is going to occur over time in your water fountain because anywhere there is water, algae will grow. The best solution is to clean your fountain regularly as explained above and to use a type of water clarifier and algae preventative. Even though using a fountain care product will slow algae buildup, you will still need to clean your water fountain. Algae buildup is easily removed by following the cleaning instructions above and can be prevented by keeping your pump running all the time.

Additional Fountain Care Resources:

· You can also Contact Us to find our more information.

We look forward to helping with all your water fountains and fountain care needs. Should you have any other questions, please don't hesitate to contact us.

Author: Amber Liddell, Net Health Shops, LLC


Contenu

The idea of growing plants in environmentally controlled areas has existed since Roman times. The Roman emperor Tiberius ate a cucumber-like vegetable daily. [2] The Roman gardeners used artificial methods (similar to the greenhouse system) of growing to have it available for his table every day of the year. Cucumbers were planted in wheeled carts which were put in the sun daily, then taken inside to keep them warm at night. The cucumbers were stored under frames or in cucumber houses glazed with either oiled cloth known as specularia or with sheets of selenite (a.k.a. lapis specularis), according to the description by Pliny the Elder. [3] [4]

The first description of a heated greenhouse is from the Sanga Yorok, a treatise on husbandry compiled by a royal physician of the Joseon dynasty of Korea during the 1450s, in its chapter on cultivating vegetables during winter. The treatise contains detailed instructions on constructing a greenhouse that is capable of cultivating vegetables, forcing flowers, and ripening fruit within an artificially heated environment, by utilizing ondol, the traditional Korean underfloor heating system, to maintain heat and humidity cob walls to retain heat and semi-transparent oiled hanji windows to permit light penetration for plant growth and provide protection from the outside environment. The Annals of the Joseon Dynasty confirm that greenhouse-like structures incorporating ondol were constructed to provide heat for mandarin orange trees during the winter of 1438. [5]

The concept of greenhouses also appeared in the Netherlands and then England in the 17th century, along with the plants. Some of these early attempts required enormous amounts of work to close up at night or to winterize. There were serious problems with providing adequate and balanced heat in these early greenhouses. The first 'stove' (heated) greenhouse in the UK was completed at Chelsea Physic Garden by 1681. [6] Today, the Netherlands has many of the largest greenhouses in the world, some of them so vast that they are able to produce millions of vegetables every year.

Experimentation with greenhouse design continued during the 17th century in Europe, as technology produced better glass and construction techniques improved. The greenhouse at the Palace of Versailles was an example of their size and elaborateness it was more than 150 metres (490 ft) long, 13 metres (43 ft) wide, and 14 metres (46 ft) high.

The French botanist Charles Lucien Bonaparte is often credited with building the first practical modern greenhouse in Leiden, Holland, during the 1800s to grow medicinal tropical plants. [7] Originally only on the estates of the rich, the growth of the science of botany caused greenhouses to spread to the universities. The French called their first greenhouses orangeries, since they were used to protect orange trees from freezing. As pineapples became popular, pineries, or pineapple pits, were built.

The golden era of the greenhouse was in England during the Victorian era, where the largest glasshouses yet conceived were constructed, as the wealthy upper class and aspiring botanists competed to build the most elaborate buildings. A good example of this trend is the pioneering Kew Gardens. Joseph Paxton, who had experimented with glass and iron in the creation of large greenhouses as the head gardener at Chatsworth, in Derbyshire, working for the Duke of Devonshire, designed and built the Crystal Palace in London, although this was constructed for both horticultural and non-horticultural exhibition.

Other large greenhouses built in the 19th century included the New York Crystal Palace, Munich’s Glaspalast and the Royal Greenhouses of Laeken (1874–1895) for King Leopold II of Belgium.

In Japan, the first greenhouse was built in 1880 by Samuel Cocking, a British merchant who exported herbs.

In the 20th century, the geodesic dome was added to the many types of greenhouses. Notable examples are the Eden Project in Cornwall, The Rodale Institute [8] in Pennsylvania, the Climatron at the Missouri Botanical Garden in St. Louis, Missouri, and Toyota Motor Manufacturing Kentucky. [9]

Greenhouse structures adapted in the 1960s when wider sheets of polyethylene (polythene) film became widely available. Hoop houses were made by several companies and were also frequently made by the growers themselves. Constructed of aluminum extrusions, special galvanized steel tubing, or even just lengths of steel or PVC water pipe, construction costs were greatly reduced. This resulted in many more greenhouses being constructed on smaller farms and garden centers. Polyethylene film durability increased greatly when more effective UV-inhibitors were developed and added in the 1970s these extended the usable life of the film from one or two years up to 3 and eventually 4 or more years.

Gutter-connected greenhouses became more prevalent in the 1980s and 1990s. These greenhouses have two or more bays connected by a common wall, or row of support posts. Heating inputs were reduced as the ratio of floor area to exterior wall area was increased substantially. Gutter-connected greenhouses are now commonly used both in production and in situations where plants are grown and sold to the public as well. Gutter-connected greenhouses are commonly covered with structured polycarbonate materials, or a double layer of polyethylene film with air blown between to provide increased heating efficiencies.

The warmer temperature in a greenhouse occurs because incident solar radiation passes through the transparent roof and walls and is absorbed by the floor, earth, and contents, which become warmer. As the structure is not open to the atmosphere, the warmed air cannot escape via convection, so the temperature inside the greenhouse rises. This differs from the earth-oriented theory known as the "greenhouse effect". [10] [11] [12] [13]

Quantitative studies suggest that the effect of infrared radiative cooling is not negligibly small, and may have economic implications in a heated greenhouse. Analysis of issues of near-infrared radiation in a greenhouse with screens of a high coefficient of reflection concluded that installation of such screens reduced heat demand by about 8%, and application of dyes to transparent surfaces was suggested. Composite less-reflective glass, or less effective but cheaper anti-reflective coated simple glass, also produced savings. [14]

Ventilation

Ventilation is one of the most important components in a successful greenhouse. If there is no proper ventilation, greenhouses and their growing plants can become prone to problems. The main purposes of ventilation is to regulate the temperature and humidity to the optimal level, and to ensure movement of air and thus prevent the build-up of plant pathogens (such as Botrytis cinerea) that prefer still air conditions. Ventilation also ensures a supply of fresh air for photosynthesis and plant respiration, and may enable important pollinators to access the greenhouse crop.

Ventilation can be achieved via the use of vents – often controlled automatically via a computer – and recirculation fans.

Chauffage

Heating or electricity is one of the most considerable costs in the operation of greenhouses across the globe, especially in colder climates. The main problem with heating a greenhouse as opposed to a building that has solid opaque walls is the amount of heat lost through the greenhouse covering. Since the coverings need to allow light to filter into the structure, they conversely cannot insulate very well. With traditional plastic greenhouse coverings having an R-value of around 2, a great amount of money is therefore spent to continually replace the heat lost. Most greenhouses, when supplemental heat is needed use natural gas or electric furnaces.

Passive heating methods exist which seek heat using low energy input. Solar energy can be captured from periods of relative abundance (day time/summer), and released to boost the temperature during cooler periods (night time/winter). Waste heat from livestock can also be used to heat greenhouses, e.g., placing a chicken coop inside a greenhouse recovers the heat generated by the chickens, which would otherwise be wasted. [ citation requise ] Some greenhouses also rely on geothermal heating. [15]

Refroidissement

Cooling is typically done by opening windows in the greenhouse when it gets too warm for the plants inside it. This can be done manually, or in an automated manner. Window actuators can open windows due to temperature difference or can be opened by electronic controllers. Electronic controllers are often used to monitor the temperature and adjusts the furnace operation to the conditions. This can be as simple as a basic thermostat, but can be more complicated in larger greenhouse operations.

Éclairage

During the day, light enters the greenhouse via the windows and is used by the plants. Some greenhouses are also equipped with grow lights (often LED lights) which are switched on at night to increase the amount of light the plants get, hereby increasing the yield with certain crops. [16]

Carbon dioxide enrichment

The benefits of carbon dioxide enrichment to about 1100 parts per million in greenhouse cultivation to enhance plant growth has been known for nearly 100 years. [17] [18] [19] After the development of equipment for the controlled serial enrichment of carbon dioxide, the technique was established on a broad scale in the Netherlands. [20] Secondary metabolites, e.g., cardiac glycosides in Digitalis lanata, are produced in higher amounts by greenhouse cultivation at enhanced temperature and at enhanced carbon dioxide concentration. [21] Carbon dioxide enrichment can also reduce greenhouse water usage by a significant fraction by mitigating the total air-flow needed to supply adequate carbon for plant growth and thereby reducing the quantity of water lost to evaporation. [22] Commercial greenhouses are now frequently located near appropriate industrial facilities for mutual benefit. For example, Cornerways Nursery in the UK is strategically placed near a major sugar refinery, [23] consuming both waste heat and CO2 from the refinery which would otherwise be vented to atmosphere. The refinery reduces its carbon emissions, whilst the nursery enjoys boosted tomato yields and does not need to provide its own greenhouse heating.

Enrichment only becomes effective where, by Liebig's law, carbon dioxide has become the limiting factor. In a controlled greenhouse, irrigation may be trivial, and soils may be fertile by default. In less-controlled gardens and open fields, rising CO2 levels only increase primary production to the point of soil depletion (assuming no droughts, [24] [25] [26] flooding, [27] or both [28] [29] [30] ), as demonstrated à première vue by CO2 levels continuing to rise. In addition, laboratory experiments, free air carbon enrichment (FACE) test plots, [31] [32] and field measurements provide replicability. [33] [34]


Teaching notes

In a garden greenhouse, visible light passes through the glass and is absorbed by darker surfaces inside. This absorbed energy heats up the materials, also warming the surrounding air. But convection is restricted by the enclosing glass and the inside temperature of the greenhouse rises. This is the main cause of warming in a garden greenhouse.

However, in addition the warm surfaces re-radiate some of the absorbed energy, but at longer wavelengths in the infrared region of the spectrum. Some of this infra-red radiation is absorbed by glass and contributes to the warming of the greenhouse. It is this latter effect that is called the ‘greenhouse effect’. The greenhouse effect in the Earth’s atmosphere is caused by a number of gases that behave in a similar way to glass. They are transparent to visible light, but absorb in part of the infrared spectrum. Some of these gases are listed in the table. It can be seen that carbon dioxide is the most important greenhouse gas because of its relatively high concentration in the atmosphere rather than its intrinsic greenhouse efficiency.

Gaz Relative greenhouse efficiency per molecule Concentration in the atmosphere/ppm Relative efficiency x concentration/ppm
Gaz carbonique 1 350 350
Méthane 30 1.7 51
Dinitrogen 160 0.31 49.6
Ozone 2,000 0.06 120
CFC 11 (CCI3F) 21,000 0.00026 5.46
CFC 12 (CCI2F2) 25,000 0.00024 6

In part 1, the experiment demonstrates the situation in a greenhouse using a plastic bottle. It also shows the effect of a black surface absorbing the energy from visible light.

In part 2, however, replacing the plastic bottles with open beakers removes the restriction on convection. The difference in temperature rise between the two beakers comes mainly from absorption by the gases of the radiant (infra-red) energy from the lead discs at the bottom of the beakers

Water vapour, carbon dioxide and ozone are the most important of the greenhouse gases, the first two because of their relatively high concentration in the atmosphere rather than because of their intrinsic greenhouse efficiency – indeed water vapour accounts for more than a third of the overall greenhouse effect. However, methane also makes a significant contribution, and it is the increasing proportion of carbon dioxide, and to a lesser extent methane, that seems to be producing the effect of global warming.

Additional information

This is a resource from the Practical Chemistry project, developed by the Nuffield Foundation and the Royal Society of Chemistry. This collection of over 200 practical activities demonstrates a wide range of chemical concepts and processes. Each activity contains comprehensive information for teachers and technicians, including full technical notes and step-by-step procedures. Practical Chemistry activities accompany Practical Physics and Practical Biology.


Voir la vidéo: THE VERRE DEAU - Official Trailer (Janvier 2022).